Etude de sol Assainissement autonome non collectif Géologie Géologue Etude de sol Assainissement autonome non collectif Géologie Géologue Etude de sol Assainissement autonome non collectif Géologie Géologue Etude de sol Assainissement autonome non collectif Géologie Géologue Etude de sol Assainissement autonome non collectif Géologie Géologue Etude de sol Assainissement autonome non collectif Géologie Géologue Etude de sol Assainissement autonome non collectif Géologie Géologue Etude de sol Assainissement autonome non collectif Géologie Géologue Etude de sol Assainissement autonome non collectif Géologie Géologue Etude de sol Assainissement autonome non collectif Géologie Géologue
SAINT BENOIT EN DIOIS

Entretien et bon usage

ENTRETIEN ET BON USAGE DE SON ASSAINISSEMENT AUTONOME

L’usager est responsable de l’entretien et du bon usage de son système d’assainissement non collectif. Cet entretien et ce bon usage sont le gage d’un bon fonctionnement.

 

BON USAGE

 

Le bon usage interdit de déverser dans les appareils sanitaires et dans la fosse :
  • Les eaux pluviales ou de piscine.
  • Les restes de repas, même après broyage (les broyeurs d’évier sont légalement interdits en France)
  • Les huiles de toute nature et les hydrocarbures
  • Les liquides corrosifs, peintures, solvants divers, cosmétiques et parfums.
  • Tous les médicaments. Certains antibiotiques restent redoutables pour les fosses, même après digestion.
  • Et tout corps ou liquide pouvant nuire au bon fonctionnement du système.
  • Seuls les produits d’entretien ménager, fortement biodégradables et inoffensifs pour la flore des fosses septiques sont autorisés. Eviter les lessives en poudre et les produits chlorés (sauf en faibles doses).




ENTRETIEN

 

La fosse toutes eaux :
Sauf circonstances particulières et sous réserve de modalités autres du SPANC, la vidange des boues et flottants dans la fosse septique toutes eaux doit être effectuée lorsque le niveau des boues dans la fosse atteint la moitié de sa hauteur.
Ce niveau doit être contrôlé une fois par an en soulevant le tampon de fermeture et en enfonçant un bâton à large extrémité dans la fosse.
Les vidanges obligatoires et systématiques tous les 4 ans, stupidement préconnisées par certains techniciens il y a peu,  sont enfin à oublier, le remplissage de boues est très différent en fonction de l’usage de la maison  et du nombre d’utilisateurs.
Par contre, en cas de destruction de la flore de la fosse par des antibiotiques ou une trop forte dose de produits de lavage et d'entretien, la vidange sera totale avec rinçage.

Mais n'oublions jamais  l'entretien, les tranchées d'épandage ou le filtre à sable seront vite colmatés si la fosse relargue des boues. Un epandage ou un filtre à sable colmaté, c'est presque toujours un assainissement à refaire....

 

Le bac à graisses :
Il sert à retenir les graisses des eaux ménagères. Si votre installation en est équipée, ce que nous ne préconisons que très rarement, il doit être nettoyé tous les 3 à 4 mois.

 

Le préfiltre dans la fosse :
Il sert à empêcher les particules de rejoindre les tranchées d’infiltration ou le filtre.
Ne le nettoyez que lorsqu’il commence à se colmater, mais surtout en prenant garde lorsque vous l’enlevez à ce qu’aucune matière flottant à la surface de la fosse ne s’échappe vers le traitement, tranchées ou filtre, en provoquant un colmatage irrémédiable. Mieux vaut un préfiltre à pouzzolane un peu encrassé et des tranchées qui fonctionnent, qu’un filtre nettoyé deux fois par an et des tranchées ou un filtre à sable colmatés.
Profitez des vidanges de la fosse pour nettoyer parfaitement ce filtre, et changez la pouzzolane si nécessaire.

 

Le regard de répartition :
Il permet l’égale répartition des effluents entre les canalisations d’épandage, tranchées ou filtre. Il doit lui aussi être vérifié régulièrement, une fois par an.
Les eaux qui s’y écoulent doivent être claires, sans particules, iI ne doit pas contenir de dépôts. Dans le cas contraire, la fosse ne fonctionne pas correctement, à cause d’une mauvaise activité biologique ou d’une trop grande hauteur de boues, et le filtre à sable ou les tranchées d’infiltration risquent de se colmater irrémédiablement.
Les eaux doivent se répartir également dans les canalisations de sortie. On observe trop souvent, après quelques années de fonctionnement, des regards qui se sont faiblement inclinés ou déformés et qui ne permettent pas la répartition correcte des effluents.
Cette mauvaise répartition est responsable de très nombreux colmatages. Dans ce cas, intervenez rapidement : faites déposer et reposer ce regard, ou, beaucoup plus simplement, corrigez la répartition des effluents à l’aide d’un cordon de mastic qui limitera le flux de sortie le plus important.

 

Le (ou le) regard de contrôle et ventilation (ou bouclage) :
Ce ou ces regards servent accessoirement au contrôle du bon fonctionnement du système, et principalement à une entrée d’air, indispensable à ce bon fonctionnement. L’idéal est un tampon perforé ou ajouré. Cette entrée d’air, totalement ignorée par la réglementation et par de nombreux contrôleurs, est impérative. Vous ne devez pas recouvrir ces regards.
Ces regards ne devraient pas contenir d’eau en fonctionnement habituel, sauf en cas de surcharge temporaire de l’assainissement, de période très pluvieuse ou, ce qui est plus grave, de colmatage. Dans le cas d’une arrivée d’eau par une seule des canalisations, vérifiez et corrigez immédiatement le regard de répartition.

 

Les évacuations vers exutoire :
La présence du bon écoulement des eaux traitées doit être vérifiée régulièrement à l’embouchure (avec grille antirongeurs) de ces évacuations. Mais une évacuation vers un cours d'eau est la solution ultime, lorsque rien d'autre n'est possible. 

 

Les systèmes plantés, filtre planté, fossé d’infiltration planté, etc. …
Les plantes et éventuellement les boues en excès doivent être enlevées chaque fois que nécessaire, en général tous les 5 à 10 ans. Compostez boues et végétaux. Les végétaux seront si besoin fauchés tous les ans.

 

Les appareils mécaniques et les systèmes industrialisés, microstation, filtre compacts , …)
Les pompes, les microstations d’épurations, les augets basculanrts, les filtres compacts et tous les systèmes mécaniques et/ou de fabrication industrielle doivent être entretenus et utilisés strictement selon les préconisations de leurs constructeurs.




LES ODEURS

La fosse toutes eaux produit en fonctionnement normal des gaz nauséabonds, pouvant être responsables de très sérieuses nuisances. Ils sont normalement évacués par les ventilations primaire et secondaire.

Dans le cas d’odeurs dans la maison, odeurs qui arrivent le plus souvent par les siphons, assurez-vous des points suivants :

  • La ventilation primaire, prolongement en toiture  de la colonne de chute des eaux usées dans la maison, est bien présente et n’est pas bouchée. Cette ventilation strictement indispensable (mais souvent absente ou remplacée par un clapet inefficace) évite le désiphonage de la douche ou de la baignoire par les chasses d’eau et permet le dégazage de la fosse.
  • Les siphons ne sont pas vides, cas fréquent après une absence prolongée.
  • Les siphons sont en bon état et présents sur toutes les entrées des canalisations, y compris lave-linge ou lave-vaisselle.

 

Dans le cas d’odeurs à l’extérieur, odeurs pouvant pénétrer à l’intérieur par une ouverture, vérifiez les points suivants :

  • Si l’installation d’assainissement a moins de six mois, attendez que la vie microbienne de votre fosse se mette en équilibre, ajoutez si nécessaire un produit commercial.
  • Si votre installation n’a pas fonctionné depuis plus de 15 jours, attendez également que la vie microbienne se remette en équilibre, et ajoutez un produit commercial.
  • Si ces odeurs ne sont sensibles que lors des changements de temps (arrivée du mauvais temps avec baisse de la pression atmosphérique), la fosse dégaze nettement plus et quelques odeurs quelques jours par an doivent être considérées comme « normales ». Si les odeurs fréquentes viennent d’un tampon de la fosse ou d’un regard, (sauf le regard de bouclage), mettez un joint souple (mastic acrylique) entre le tampon et la fosse ou le regard. Dans le cas d’un tampon fonte à joint hydraulique, verser un peu d’eau sur le tampon.
  • Si les odeurs fréquentes viennent de la ventilation primaire et secondaire, (les odeurs semblent venir du toit, des chêneaux et même des regards des eaux pluviales), la meilleure solution est la pose d’un filtre anti-odeurs sur ces ventilations. C’est un cas classique dans les cours en partie fermées situées sous le vent dominant et les ventilations.

N.B. : Les fosses toutes eaux dégagent beaucoup plus de gaz méphitiques que les anciennes fosses septiques qui ne recevaient que les eaux des WC. Les réhabilitations des anciennes installations avec pose d’une fosse toutes eaux déclenchent parfois de sérieuses nuisances difficiles à supprimer.




Autour des ouvrages

 

Arbres et haies.
Les racines des arbres et arbustes trop proches des tranchées d’infiltration et des filtres bouchent les canalisations d’épandage. La réglementation impose une distance minimale de 3 m. Nous conseillons une distance, dictée par l’expérience et le bon sens, nettement plus importante, mais dépendante de l’arbre. Au minimum le rayon de la couronne pour la majorité des arbres à feuilles caduques, et plus de 25 m pour les saules,peupliers, acacias, muriers.....

 

Les ouvrages, fosses non renforcées, tranchées d’infiltration, filtres, doivent être en dehors de toute zone de circulation ou stationnement de véhicules, de piétinement de gros bétail, de pose et d’entrepôt de charges lourdes, de construction et le sol ne doit pas être étanche. La finition de surface au-dessus des filtres et des tranchées d’infiltration peut être en gazon ou en gravillons.

 

Délimitation des zones humides